L'ecoprint, l'art d'imprimer le végétal Travaux personnels d'impression et de création

Le petit guide complet pour comprendre l'ecoprint et ses approches

Le 18/12/2023 0

Dans L'ecoprint, imprimer la nature

 

Copie de copie de contact 1 1


Technique ancienne ou nouvelle approche des teintures naturelles, l’ecoprint est une véritable révolution pour recycler vos vêtement anciens, imprimer vos propres tissus et vous amuser. Mais comment comprendre le b-a-ba de cet art ? et oui c’en est un…

 

Faire le tri, et comprendre de b-a-ba de l'ecoprint

Vous vous intéressez aux teintures naturelles ? Vous avez entendu parler de l’ecoprint sur tissu, vous avez lu et vu beaucoup de choses à son sujet, sur  youtube, instagram ou encore facebook. Vous avez vu de magnifiques compositions, et vous avez peut-être fait des essais, que vous avez jugé peu concluants !

 Aujourd’hui, vous vous demandez comment faire pour obtenir de beaux résultats ?

Je vais vous expliquer tout cela en détail afin que vous compreniez bien comment fonctionne cet art d’imprimer le végétal sur tissu. Mais tout d’abord je vais vous faire un petit rappel de ce qu’est l’ecoprint.

 

Comment définir l'ecoprint, l'art d'imprimer le végétal

On l’appelle également impression végétale. C’est une sorte de teinture sur tissu. Les fleurs, feuilles, écorces, baies, sont travaillées pour déposer leurs belles empreintes sur la fibre. On le pratique soit avec du végétal frais, soit avec des éléments séchés ou encore conservés au congélateur. Le procédé se réalise avec des végétaux issus de la nature, du jardin ou achetés chez un professionnel.

On utilisera de préférence des tissus cellulosiques, le coton, le lin, le chanvre, la soie, la viscose qui seront travaillés avec un mordant afin de permettre aux colorants des végétaux de se fixer sur le tissu.

Alors oui on utilise des produits, mais l'éco print présente un gros avantage, par rapport aux méthodes de teintures synthétiques : le respect de l'environnement. 

En effet, Marie Marquet, grande anthropologue et spécialiste Des teintures Naturelles, explique dans son guide que l’alun est considéré comme sans danger. Le fer, lui aussi employé aux justes doses nécessaires, est reconnu inoffensif.

Vous n’avez donc aucune inquiétude à avoir quant à l’utilisation des produits. L’important étant de toujours travailler dans un endroit ventilé, de porter des gants et de ne jamais mélanger vos ustensiles de cuisine et vos ustensiles de teintes. Je vous conseille aussi de travailler dans un endroit prévu à cet effet et non dans votre cuisine.

Le point étant fait sur l’ecoprint, je vais vous expliquer les différentes façons d’imprimer qui pourront vous amener à des travaux totalement différents. Selon la méthode employée, les impressions prendront des styles qui ne se ressemblent pas.

Allez c’est parti je vous explique les deux grandes approches.

Je vous explique comment réaliser une composition abstraite avec l'ecoprint

Je définirais la composition abstraite d’ecoprint, comme un ensemble de formes, de tâches et de couleurs. Des suggestions de fleurs et de feuilles sont parfois à peine visibles sur le tissu. Des formes qui laissent place à l’imagination. C’est un visuel doux. Les fleurs et feuillages ne sont pas représentés de manière réaliste ni concrète. 

Ce type de composition est ce qu’il y a de plus facile et de plus rapide à réaliser.

Sur votre tissu mordancé, il vous suffira de déposer vos fleurs à l’intérieur de votre tissu plié en deux, de rouler le tout autour d’un bâton de bois et de le mettre à cuire à la vapeur ou au trempage Après une cuisson, dont le temps variera en fonction des plantes, et de la technique de cuisson choisi. vous pourrez dérouler le tout, enlever les feuilles, laver le tissu et surtout le repasser. C’est le repassage qui donne toute la profondeur à l'œuvre. Il ne faut surtout pas négliger cette étape.

 

 

La composition réaliste ecoprint et l'art de la précision

En opposition au travail abstrait, se trouve le travail réaliste qui permet d’obtenir un détail profond des feuilles et des fleurs. La forme des feuilles, les nervures apparaissent sur le tissu avec une précision à peine croyable. 

Cette application de l’ecoprint pourra se réaliser à l’unique condition de travailler avec ce que l’on appelle une barrière. Sans elle il est impossible d’avoir ces détails.

Le travail se fera sur fond blanc si vous travaillez sans fond, mais il pourra aussi se faire avec des arrières plans colorés qui permettront d’obtenir de magnifiques compositions.

Que vous décidiez d’imprimer de façon abstraite ou plutôt réaliste, c’est la connaissance des mordants et des végétaux  qui vous permettra de travailler vos impressions avec une tendance colorée ou une tendance tannique. Si nous prenons l’exemple d’une impression de la glycine qui est un végétal coloré, il sera plus joli de le travailler avec une solution d’alun/fer peu chargée en fer. Alors que le géranium, très tannique, peut donner de magnifiques impressions, si le mélange alun/fer est davantage chargé en fer.

Il est donc important si vous souhaitez maîtriser plus ou moins vos impressions, d’apprendre à connaître ces deux éléments. Les végétaux et le mordant sont très importants dans le résultat final de l'œuvre. Mais une chose est tout aussi importante dans ce processus créatif. Et je vous en parle tout de suite...

 

Développer votre créativité, découvrez votre style pour réaliser une œuvre qui vous reflète

L’ecoprint est comme beaucoup d'activités artistiques. On ne l'invente pas. Il est important d’apprendre les bases pour bien comprendre ce qui se passe avec telle ou telle technique, avec ce végétal plutôt que celui-ci et quel impact a le mordant sur le colorant du végétal.

Une fois lancé dans cet apprentissage, vos connaissances se développeront au fur et à mesure de vos pratiques. 

C’est comme en peinture, on ne maîtrise pas tout de suite, la peinture, les pinceaux et les gestes. Tout ceci se développe avec le temps, la patience et la persévérance.

Mais au délà des connaissances de bases, il y a une chose importante à développer, il s’agit de votre créativité. Il vous faudra vous approprier le savoir, les techniques pour créer vos propres techniques et pouvoir développer votre style.

Personnellement je travaille l’ecoprint avec le désir de mettre en évidence l’imperfection. Je souhaite donner à mon travail un style vieilli et usé des tissus . C’est la raison pour laquelle je travaille beaucoup les tanins, le fer et les pliages. J’imprimer sur des tissus de recyclage, comme les vieux draps de lin et de chanvre qui me permettent d’apporter à mes créations ce côté patiné et vieilli que j’ai toujours aimé.

Dans une autre vie, je patinais les meubles anciens. j’ai toujours eu ce besoin profond de rendre les objets plus vieux qu'ils ne le sont réellement 

Aujourd’hui je vieillis les tissus en les imprimant avec la technique de l’ecoprint !

A vous maintenant de réfléchir à ce que vous souhaitez faire. Quel objectif aimeriez-vous donner à vos futures créations ?

Pour en savoir plus sur comment développer sa créativité avec l'ecoprint, vous pouvez lire au autre article.

Je suis Delphine, je travaille l’ecoprint dans le nord de la France, en campagne. Je me suis formée avec IRIT Dulman. J'ai vite compris qu'il me fallait découvrir, mon propre environnement trés différent du sien. Il y a beaucoup de travail, de découvertes, c'est passionnant ! Beaucoup de partages avec vous !

A très bientôt.

Delphine

Vous devez être connecté pour poster un commentaire