L'ecoprint, l'art d'imprimer le végétal Travaux personnels d'impression et de création

Comment être abat-jouriste et créer ses propres tissus ?

Le 24/11/2023 0

Dans L'ecoprint, imprimer la nature

La feuille d'Erable, au début de l'été

Img 1139

 

Si vous voulez découvrir une idée pour créer enfin des abat-jours originaux, vous êtes au bon endroit. Je viens de découvrir l'art de l'ecoprint, c'est un véritable bouleversement dans ma vie d'abat-jouriste et je partage avec vous mon expérience sur le sujet.

 

Le métier d’abat-jouriste est un métier figurant sur la liste des métiers d’Art. Vous le savez !

Pour être réalisé, l'abat-jour demande patience et dextérité. En règle générale, les abat-jour sont soit réalisés en contrecollé sur polyphane ou de manière traditionnelle avec la technique de la couture. Nous avons tous une technique que nous aimons davantage travailler.

Je suis Delphine Desfachelle, de Mérignies, abat-jouriste, et fabricant de pièces uniques.

Je me suis spécialisée dans la confection d’abat-jour couture et plus précisément dans la revalorisation de tissus anciens.

Tous mes abat-jour sont cousus à petit points tout autour de la carcasse.

Le chanvre ainsi que les draps de fils de lin sont au coeur de mes confections.

Inspirée par la nature et ses couleurs passées, je teins et vieillis mes tissus avant de les utiliser.

Pour leur donner vie, il m’arrive également de les peindre.

Chaque abat-jour en confection, demande, pour la fabrication de ses gabarits un certain métrage de tissu. Malheureusement, tout n’est pas utilisé. Pour éviter le gaspillage, j’aime employer la technique du boro qui permet de rassembler les petits bouts restants, sur une même surface et confectionner un nouvel abat-jour. J’aime que rien ne se perde.

Ma démarche se veut simple. Je confectionne des abat-jour couture avec peu de matériel, une carcasse, du fil et une aiguille. J’utilise un peu la machine à coudre.

Mon cheminement s’oppose à la surconsommation de tissus neufs.

J’accomplis mon travail avec la certitude qu’un jour, d’autres façons de faire émergeront des consciences. Nous en sommes au début et je fais partie des gens qui pensent que l’on peut décorer son intérieur autrement et préserver la nature. On peut repenser ses attitudes en cherchant des solutions, en cherchant comment faire autrement ! Et je cherche depuis longtemps !

Travail sur les feuilles du noisetier, été 2023

Img 1367
Img 1369
Img 1372

Comment l’ecoprint a révolutionné ma vie d’abat-jouriste

J’ai découvert l'éco print en février 2023.

Je ne croyais pas à ce que je voyais.

C’est India Flint qui est l’origine de cette technique et elle m’a tellement apporté.

Je ne pensais pas trouver un jour une telle technique qui me permettrait d’imprimer moi-même mes tissus et de pouvoir créer enfin des abat-jour avec des lins et chanvres anciens imprimés et patinés. Mais surtout avoir enfin l’opportunité de ne plus utiliser de tissus neufs et de pouvoir me concentrer sur le linge ancien qui est une matière très intéressante dans ce métier.

J’ai commencé par me former, parce qu'on n'invente pas de tels résultats. Il faut apprendre à comprendre les bases de l’éco print. Notamment le mordançage qui fixe le végétal et qui rend la couleur ou le tanin. 

Une fois formée, il m’a fallu tout l’été pour découvrir mon environnement. Et j'avoue que je ne l’avais jamais regardé sous ce nouvel angle.

J’ai commencé par découvrir les végétaux de mon jardin et leurs propriétés, puis j’ai élargi à la campagne dans laquelle je vis.

J’ai fait des découvertes incroyables, et j’ai commencé à contextualiser tout l’apprentissage de ma formation. Je me suis appropriée les végétaux qui m’entourent.

Ce n’est pas une mince affaire ! Ils sont nombreux et il faut prendre le temps de tester chaque végétal avec différents mordants avant de pouvoir créer de véritables compositions.

Puis interviennent les fleurs. 

Cette découverte est vraiment sensationnelle, elle me permet d’être en accord avec mes valeurs et de travailler en étant au plus proche de la nature. En la respectant, en la remerciant pour ce qu’elle me permet d’utiliser. Je ne participe plus à la pollution de notre terre avec l'emploi de tissus neufs.

J’ai enfin la solution pour faire autrement et ne jamais manquer de tissus pour ma fabrication. 

Aujourd’hui on me confie de vieux draps et j’ai des codes pour en faire de belles étoffes.

 

L'ecoprint un univers passionnant, à découvrir

J’ai passé l’été à découvrir le jardin, à imprimer, à tester.

Un test amenait une idée, une envie, un nouveau test.

C’est passionnant mais il m’a fallu aussi apprendre à organiser mes essais, pour pouvoir reproduire ce que je fais. Tout est nouveau pour moi et il y  a beaucoup à retenir. Notamment le nom des fleurs, plantes et arbres, ce qui n’a jamais été mon point fort !

Mais j’apprends et petit à petit je progresse.

Cependant je suis limitée en fleurs, j’ai donc beaucoup travaillé ce premier été avec le géranium. Je l'adore et j’en ai beaucoup tout autour de la maison.

Le résultat en éco print, est juste superbe !

 

20230917 092859 1 1

Les autres fleurs que j’ai essayées m’ont été données par mes voisines ! J'ai pu essayer, l'hibiscus que j'ai adoré.

Img 1347

Puis j’ai fait quelques achats chez le fleuriste, j’ai pu ainsi découvrir par ce biais l’éco print avec les feuilles d’eucalyptus ! Mais je ne veux pas que le fleuriste soit la solution. En terme de coût c’est impossible !

Je me suis vite sentie limitée avec mon jardin. Il a été conçu pour être facile d’entretien, mais il a peu de ressources à m’offrir pour ce que j’aimerais en faire aujourd’hui. 

J’ai donc à la fin de l’été fait de nombreuses recherches sur les fleurs et arbres que j’aimerais imprimé et me voilà à repenser le jardin. 

A l’automne j’ai fait de nouvelles plantations pour pouvoir dès le printemps prochain travailler de nouveau essais, et réaliser de belles compositions textiles.

J'ai hâte de pouvoir continuer ces nouvelles expériences qui ont soudainement envahi ma vie. Et qui me donne l'envie de raconter toutes ces beautés que je découvre !

 

Je suis Delphine, je travaille l’ecoprint dans le nord de la France, en campagne. Je me suis formée avec IRIT Dulman. J'ai vite compris qu'il me fallait découvrir, mon propre environnement trés différent du sien. Il y a beaucoup de travail, de découvertes, c'est passionnant ! Beaucoup de partages avec vous !

A très bientôt.

Delphine

eco print linge ancien abat-jour

Vous devez être connecté pour poster un commentaire